Sunday, November 2, 2008

La vie en 16/9e…

Un petit post en Français pour les moins anglophones d’entre vous… Je ne peux malheureusement pas faire de traduction automatique du site pour que tout le monde puisse comprendre, va falloir se mettre à l'anglais les gars!

La vie en 16/9e je disais. Pourquoi 16/9e ? Car les Asiatiques avec leurs yeux bridés voient dans ce format. Moi aussi car le riz commence à me durcir l’intestin.

Non, la vie ici ce n’est pas pareil. Ce n’est pas pire, ce n’est pas beaucoup mieux qu’à Paris si ce n’est que le climat est horrible pour certaines personnes et un véritable bonheur pour moi qui ai une répulsion pour le froid. D’ailleurs en ce moment même je grelotte un peu car le clim’ est trop basse et que la température intérieure (une vingtaine de degré) est trop froide. A noter que dehors il doit faire dans les 25-29°, en France selon la météo il fait 10 à Paris à 15h.

Pour le reste je vis presque comme je vivais à Paname, mais en couple, adieu belle vie de célibataire qui peut laisser ses chaussettes sales traîner par terre et ce pendant des semaines (voire des mois).
N’ayant pas encore pu faire l’acquisition d’un engin motorisé à deux roues, je prends les transports en commun. Ces derniers n’ont d’ailleurs rien de commun avec la France. On pourrait dîner à même le sol et question ponctualité pas plus de cinq minutes d’attente pour un métro, un toutes les deux minutes aux heures de pointes. Les grèves n’existent pas, ce n’est pas un droit ici, pas plus que les manifestations, bien que je sente le peuple Singapourien en mal de rébellion, mais la politique n'est pas le sujet de cet article et Big Brother nous guette, attention la censure.

Les Singapouriens ont deux gros défauts. Ils ne savent ni marcher vite, ni marcher droit. Parcourir vingt mètres dans un couloir de métro sans s’énerver relève de l’exploit. Car on tombe toujours derrière le type qui change de direction dès qu’on cherche à le doubler, et quand enfin on suit une personne qui marche à une allure convenable elle s’arrête pile pour aucune raison apparente. Quand je dis qu’ils marchent lentement, je veux dire vraiment la vitesse de l’escargot. L’autre jour dans un centre commercial je ralentissais mon pas pour attendre Tinker, et malgré ma vitesse réduite je parvenais tout de même à doubler des gens ! On pourrait penser que c’est à cause du climat, or un centre commercial est climatisé façon frigo donc un peu sport aide à se réchauffer souvent. Non, je crois qu’il s’agit d’une déformation culturelle. Un singapourien pressé ne va pas plus vite : il hèle un taxi. Dans les premiers temps, quand je marchais aux cotés de ma douce, après trois minutes dix mètres nous séparaient, certes elle a de petites jambes, mais un pas aussi réduit tient presque du miracle. Je me demande d’ailleurs comment font-ils pour ne pas tomber entre deux pas, un équilibre exemplaire !
Cette allure réduite n’a pas que des inconvénients. Elle apprend la patience. Elle empêche de trop suer lorsqu’on marche dehors. Mais surtout elle montre bien le flegme Singapourien. Je n’ai jamais vu une personne d’ici s’énerver pour quoi que ce soit, ou très rarement. Les gens sont disciplinés et attendent quand il faut attendre. Marchent quand il faut marcher, et votent quand il faut voter (ce qui n'arrive jamais. Ah zut, j'avais dit pas de politique).
A noter que le Singapourien conduit comme il marche, c'en est scandaleux!

J'ai aussi eu la grande, l'énorme chance de vivre des réunions de familles (deux à ce jour, pour fêter le premier mois de bébés, ça se fait ici).
Comme en France: on doit y être poli et dire bonjour à Mamie, c'est les seuls points communs.
J'ai été très surpris de trouver la télé allumée au cours de toutes ces réunions. Et beaucoup de gens en arrivant disent à peine bonjour et vont s'assoir devant un programme en Chinois. Ils ne se lèvent que pour aller se goinfrer au buffet, puis retournent s'assoir.
Je n'ai vu que des buffets. J'ai le sentiment que cela vient de la taille des familles. Jusqu'au milieu des années 70 la plupart des familles avaient au moins dix enfants, ces enfants sont aujourd'hui nos parents et tous les cousins qui vont avec. Donc pour nourrir tout ce monde des buffets sont organisés sur le palier.


J'exagère évidemment en disant que les gens se posent devant la télé et ne font rien d'autre. Ils accueillent tous les visiteurs avec beaucoup de chaleur. Et je me suis senti très vite chez moi en compagnie de la famille de Ting.
Comme partout les enfants sont toujours aimés, ici la photo de Eamon


et là c'est le fils de la cousine de Ting, Marcus


La nourriture est toujours excellente, et en abondance. Ainsi que la boisson, mais non alcoolisé. La tradition n'est pas à l'alcoolémie, et à part quelques bières parfois, on ne boit pas en famille. Ceci n'empêche nullement aux gens de passer des bons moment. Est-ce que ma culture européenne de la boisson me rend incapable de m'amuser sans boire? Parfois je me le demande puisque la réflexion m'est venue.

Une autre chose d'assez remarquable je trouve, on peut venir et repartir quand on veut de ces réunions. Les gens viennent, mangent, discutent un peu, regardent la télé puis partent. On est pas obligé d'arriver au début, ni d'attendre la fin pour partir. Et dire que je me faisais toujours tirer les oreilles quand je quittais la table trop tôt lors de ces déjeuner familiaux interminables de mon enfance. Je dois bien admettre que je préfère la tradition d'un repas autour d'une table, mais à Rome on fait comme les romains...

Je pense tout de même indispensable de bien préciser qu'au fond ils s'aiment, s'aident et trouvent toujours du temps pour se retrouver dans cette famille, et que ceci est par dessus tout le plus important...

2 comments:

micheltdt said...

Bonjour Julien, très sympa tes commentaires sur les moeurs à Singapore. Cela doit effectivement te convenir, les valeurs humaines au fond sont les mêmes, et c'est ainsi que l'on s'enrichit de nos différences (à condition de chercher à les comprendre). Bises à vous deux, A+.

micheltdt said...

Très sympas les belles (et nombreuses) photos de Melaka. Mélange de tradition et de - relatif - modernisme. Y êtes vous allez en autocar ? Cela parait loin. Bises à vous deux,